Rss

Moïse Jean-Charles annonce une mobilisation populaire anti-Martelly

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars

Le Sénateur du nord repart à l’offensive en annonçant des manifestations contre le chef de l’Etat dans plusieurs villes, la relance prochaine de l’enquête sur sa nationalité, une possible interpellation du Premier ministre Laurent Lamothe au Sénat sur de présumés dossiers de corruption et une stratégie de blocage de la formation du CEP permanent pour empêcher une mainmise du Président sur les institutions du pays

Publié le jeudi 2 août 2012

Le bouillant Sénateur du nord, Moïse Jean-Charles, catégoriquement opposé à la formation du conseil électoral permanent, a déclaré jeudi que le pays était à la veille d’une levée de boucliers contre le Président Michel Martelly accusé d’ignorer les conditions de vie de plus en plus difficiles de la population.

Déjà à l’origine des suspicions sur la présumée nationalité étrangère du chef de l’Etat ayant abouti à une enquête sans lendemain, le représentant de Inite (Unité), l’ancien parti au pouvoir, affirme que dans une semaine il se rendra aux Gonaïves (Artibonite, nord) où doit s’enclencher la mobilisation anti-Martelly. « Après le carnaval des fleurs, le peuple va lancer son carnaval politique », a averti le Sénateur qui prédit que d’autres villes comme les Cayes (sud), la capitale et le Cap-Haïtien emboîteront le pas bientôt à la Cité de l’indépendance.

Déterminé à empêcher la mise en place du CEP permanent, le parlementaire du nord estime coincé le président du Sénat tout en qualifiant de « traître envers la nation » Dieuseul Simon Desras qui, dit-il, ne fait qu’assurer la navette entre le Parlement, le Palais National et les ambassades étrangères établies à Port-au-Prince. Une fois de plus, Jean-Charles a exposé sa stratégie visant à empêcher la tenue de toute séance consacrée à la formation de la commission bicamérale chargée d’étudier les dossiers des potentiels représentants du Parlement au sein du futur organisme électoral. Constituer une telle institution serait synonyme de pouvoir total pour le Président Martelly, assure l’élu favorable à un CEP provisoire de consensus.

Anticipant une réactivation de l’enquête sénatoriale sur la présumée double nationalité américaine et italienne de M. Martelly, abandonnée depuis plusieurs mois, le Sénateur Moïse Jean-Charles annonce d’autre part un projet d’interpellation du Premier ministre Laurent Lamothe.

Le gouvernement serait donc dans le collimateur du Sénat et sous la menace d’un éventuel renvoi en raison de l’incapacité de plusieurs ministres à répondre aux interrogations des parlementaires sur certains dossiers opaques tels les projets financés par le Petrocaribe, les présumés détournements de fonds auxquels se livrerait la famille présidentielle et la cherté de la vie, a expliqué le deuxième Sénateur du nord avec la flamme qui caractérise son discours politique.

Il n’était pas possible de vérifier dans l’immédiat si l’intéressé disposait des soutiens institutionnels et des relais populaires nécessaires pour espérer une hypothétique matérialisation de son projet. spp/Radio Kiskeya

Like This Post? Share It

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *