Rss

Le Festival de l’Amitié à Jacmel, une première édition réussie.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars

Jacmel, ville attrayante et destination touristique depuis plus d’une trentaine d’années, a été le théâtre de plusieurs manifestations culturelles du jeudi 6 au dimanche 9 décembre 2012, dans le cadre du Festival de l’Amitié qui a réuni artisans, artistes, chorégraphes, peintres, sculpteurs… dans ladite ville pour célébrer la créativité haïtienne et ainsi mettre en valeur les talents des artistes. Récit d’un week-end festif magique qui a rassemblé des milliers de Jacméliens.

Cette grande démonstration multi-artistique, proposée par la Fondation MWÈM en partenariat avec Fastforward et soutenue par  le Programme Arcades, a ceci d’original qu’elle a  rassemblé des professionnels de l’art –haïtiens ou étrangers- évoluant tant en Haïti que dans la diaspora. Dans un souci de professionnalisation des métiers de l’art, des ateliers de recyclage  en « K-woochoo », de souffle de verre et de danse contemporaine ont été respectivement animés par Gary Pierre Charles, Stéphanie Pereira (avec la participation de  Gérald Collard)  et Jenny Mézile, chorégraphe d’origine haïtienne vivant actuellement en Côte d’Ivoire. Outre l’aspect de transmission et de partage de connaissances techniques, des spectacles de danse, des  concerts de musique et des projections de films ont eu lieu à l’Alliance française (partenaire du festival), à la Fondation Voie Lactée et sur la grande place Toussaint Louverture.

Micheline Laudun Denis, légende haïtienne de la musique classique, a rendu un hommage à  Célie Lamour, Jacmélienne et virtuose du piano,  le jeudi 6 décembre 2012 à l’hôtel Florita, rue du Commerce. En début de cette première journée de festivités, une exposition d’œuvres  des tenants de l’art actuel  -Ronald Mevs et Killy- a eu lieu à la galerie d’art Nader. Amoureux des métiers d’art, savant artisan, multidisciplinaire, Ronald Mevs, installé à Jacmel depuis plus de vingt ans, travaille le métal, l’acier, la pierre et fait de la gravure et donne son appui aux jeunes artisans de la ville de Jacmel. Ses créations,  intemporelles, prétend-il,  puisque qu’elles n’ont pas la conscience d’une époque, d’une civilisation ou d’un peuple, donnent à voir la contraction harmonieuse et la beauté du monde. Elles témoignent sa gratitude envers la nature qui lui fournit les matériaux nécessaires pour réaliser ses œuvres dans une dynamique de recherches, d’expérimentation et de dépassement du déjà fait.

Pour Killy, l’art, non statique, cru, doit évoluer et faire appel à d’autres méthodes  techniques et considérations esthétiques. Ses paillettes collées sur les murs de la galerie traduisent la douleur de cette femme, rongée par la misère et qui pleure. « C’est ça l’art, traduire des sentiments et mettre à nu nos émotions », avance-t-il. Après cette expo de l’art actuel haïtien, un show de jongleurs du collectif Cirque Kreyol de Port-au-Prince a été proposé, devant des centaines de festivaliers  rassemblés devant l’hôtel avant de s’engouffrer au resto  Florita pour se laisser emballer par la bonne musique.

Il est 7 h 10 p.m. Micheline Laudun Denis, élégante et heureuse de partager sa scène avec la chorégraphe Jenny Mézile et la rappeuse populaire Princess Eud, a déclaré: « Être ici ce soir est pour moi un motif de grande fierté. Rendre hommage à Célie Lamour, musicienne, poétesse, témoigne de ma gratitude envers elle. Ce programme musical conçu en son honneur contient certains morceaux de Jean S. Bach et de Frédéric Champlain, auteurs de prédilection de Célie Lamour ». Micheline Laudun Denis, ce petit bout de femme, continue encore d’étonner le monde. Calme derrière son piano, elle interprète des morceaux connus du répertoire des auteurs classiques susmentionnés, -sur un slam de la rappeuse Eud-,  avec la complicité de la chorégraphe Jenny Mézile chez qui volupté et sensualité se confondent.   Luck Mervil, interprétant son titre à succès « Ti Mari » avec Princess Eud, a mis le feu dans le cœur d’une foule en délire et débordante de joie.  Un moment haletant, excitant !  Le grand public, composé de Jacméliens et d’étrangers,  avait déjà pu apprécier le vendredi 7 novembre la chorégraphie présentée par Jenny Mézile sur la place Toussaint Louverture et la performance exceptionnelle  de l’artiste franco-haïtien Carlton Rara au Florita.

Une foire des métiers d’art a eu lieu les samedi 8 et dimanche 9 décembre au profit des enfants en situation économique difficile  à l’ACFFC (Art Creation Foundation For Children) créée en 2003 par Georges Metellus grâce à l’aide du Suisse  Juddy Hoffman (responsable de l’organisme Aide pour Artisans).

Selon Georges, directeur exécutif de l’ACFFC, le Festival de l’Amitié est une initiative louable et fait avancer l’économie de la ville. Mais sa plus grande fierté est de pouvoir aider des enfants qui mendient dans les rues et vivant en domesticité. « Ce qui me rend le plus fier, c’est le fait de nourrir 105 enfants et de prendre soin d’eux et de les encadrer dans ce qu’ils font, grâce aux fonds de la Fondation  et le festival a permis à ces jeunes enfants -âgés entre 5 et 20  ans-  de mettre en valeur  leurs créations », se réjouit-il lors d’un entretien accordé au Nouvelliste à l’hôtel Florita.

Pour Michou Joissaint, 17 ans, la plus grande satisfaction est non seulement le fait d’exposer ses œuvres, mais aussi que des étrangers aient pu apprécier et acheter nos produits. Une démonstration de soufflé de verre a eu lieu au Florita le samedi 8 par les artisans Turin Jocelyn et Jean Pierre Jules André. Pour ces participants aux ateliers de soufflé de verre animés par Gérald Collard et Stéphanie Pereira, « notre capacité de production a augmenté et on peut s’estimer être des artisans de grand calibre pouvant réaliser de grandes choses ».

Ce beau festival, dirigé et coordonné par une équipe de professionnels de l’audiovisuel de la Fondation MWEM  (initiatrice en Haïti de l’activité Sinema anba zetwal), a été clôturé par la projection de deux  poignants films documentaires (Woch nan soleil de Patricia Benoît et Dépòté réalisé par Rachelle Magloire et Chantal Regnault) et par deux  mégaconcerts de musique sur la place Toussaint Louverture où plusieurs artistes ont performé, tels Thurgot Théodat (qui a animé, dans le cadre du FA, des ateliers sur la musique jazz), Princess Eud, Dead Krazy, le groupe Hot Men et les 45 Soldiers (deux groupes populaires de la ville de Jacmel) et Jean Bernard Thomas qui, dans un accès de patriotisme, invitait  des milliers de Jacméliens à aimer leur pays.

Dans ce morceau titré « Gen Fanm » dédié spécialement à Laurence et à toute l’équipe de MWEM pour leur ténacité, leur courage dans l’aventure de FA, il rend hommage à la femme haïtienne qui est, selon lui, « un être très important » et qui mérite d’être honoré. Le Festival de l’Amitié a connu un vrai succès pour une première édition, mis à part quelques petits problèmes techniques et logistiques.

Rosny Ladouceur rosnyladouceur@gmail.com
Credit: le Nouvelliste

Like This Post? Share It

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *