Rss

Le centre-ville en état d’insalubrité

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars

Malgré le  lancement,  récemment,  du programme «Bonjour 2013 » par le SMCRS,  le centre-ville est dans un état déplorable, à la veille des fêtes de fin d’année. Des détritus, des eaux usées et des décombres, constatés dans nombre de rues de la capitale, contrastent avec l’atmosphère  de fête qui règne généralement au cours de cette période.

Les rues des Fronts-Forts et des Césars, la Grand-Rue et la rue Traversière qui attirent habituellement la grande foule à l’occasion des fêtes de fin d’année sont parmi les plus sales de la capitale. Les égouts sont obstrués, les eaux usées stagnent sur la chaussée et la circulation devient très difficile pour acheteurs et piétons. Y circuler, c’est comme jouer à la marelle. Certains commerçants dont le lieu de travail se trouve dans ces rues sont obligés de porter des bottes.

A l’angle de la rue des Césars et de la Grand-Rue, des marchandes de légumes, de pois et de feuilles médicinales s’installent, apparemment sans aucun dégoût, sur des ordures. « Elles n’ont pas le choix. Elles sont bien obligées d’étaler leur marchandises ici malgré l’insalubrité », a laissé entendre une dame, d’une trentaine d’années. A quelques pas, les autres détaillants peinent à vendre, eux aussi, leurs produits dans une condition où déchets et eaux forment un mélange nauséabond.

«Ces eaux usées et ces déchets nous rendent la vie dure (…) En vendant ici, nous risquons d’attraper toutes sortes de maladies. Mais hélas, nous sommes bien obligés de rester là et faire face à tout cela, car c’est ici que nous devons gagner un peu d’argent pour répondre aux besoins de nos familles », a indiqué, une quinquagénaire, marchande d’articles de cuisine. Selon elle, l’Etat haïtien n’aurait pas dû laisser le centre-ville dans cet état, surtout à l’époque des fêtes de Noël et du nouvel An. « J’espère que les autorités concernées se pencheront sur notre situation avant la fête », a-t-elle conclu.

« Je n’ai nullement l’impression d’être à l’approche de la Noël. La boue et tout le reste nous empêchent de vaquer à nos activités correctement », s’est plaint un marchand de vêtements préfabriqués en colère contre l’état de délabrement de cette zone commerciale. «Les potentiels acheteurs ne viennent plus ici à cause de l’insalubrité. Ils préfèrent se rendre aux supermarchés ou à Pétion-Ville », a souligné un autre  commerçant à la rue des Fronts-Forts. «Toutefois, nous ne pouvons rien reprocher aux clients, parce que ce n’est pas du tout plaisant de marcher dans cette saleté », a-t-il ajouté, espérant que le SMCRS fera le nécessaire au cours du week-end.

Selon quelques commerçants et citoyens interrogés, le programme « Bonjour 2013 » lancé récemment par le Service métropolitain de collecte des résidus solides (SMCRS) n’apportera aucune solution au problème du centre-ville. « D’ailleurs, on ne voit pas les employés du SMCRS là on a le plus besoin d’eux », a fait remarquer un citoyen. En outre, il croit que l’Etat doit d’abord commencer par éduquer et sensibiliser la population dans le but d’avoir une capitale propre.

Gladimy Ibraïme
 Credit: le Nouvelliste

Like This Post? Share It

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *