Rss

Péguero Jean-Philippe : J’espère pouvoir faire mieux la prochaine fois

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Propos recueillis par Enock Néré nereenock@gmail.com
Auteur de cinq buts en trois matches, Péguero Jean-Philippe a été la surprise du sélectionneur Blake Cantero au public haïtien. Pourtant, c’est avec humilité que le joueur évalue sa compétition, juge sa performance tout en caressant l’espoir de faire mieux la prochaine fois.

Péguerro, vous sortez pratiquement de votre retraite pour venir jouer en sélection. Beaucoup vous voyaient au passé simple et pourtant vous choisissez de répondre à l’appel en sélection. Pourquoi ?

Péguero Jean-Philippe : Je voudrais remercier le ciel pour cette victoire. Je souhaite dédier la victoire à ma mère car, quand j’ai répondu à l’appel, gagner la rencontre de ce soir restait ma principale motivation. On a joué une première période où j’étais un peu isolé et on n’a pas pu scorer mais aux vestiaires on a mis les points sur les « i »  et on a gagné.

Cela ne vous nuit pas d’être seul en pointe ?

Péguero Jean-Philippe : Cela ne m’ennuie pas. J’ai seulement besoin d’un peu plus de soutien de la part des joueurs qui jouent autour de moi. Parfois, quand on reçoit le ballon on a besoin que les autres arrivent pour avoir plus de possibilités car en tant qu’attaquant il peut arriver qu’on soit en position de marquer, mais des fois on peut se retrouver en position d’effectuer la dernière passe et on a besoin de trouver quelqu’un à qui donner cette dernière passe. Les fans peuvent constater par exemple que la seconde période (face à Porto Rico) fut meilleure au niveau de la finition que la première.

On sait que vous êtes en délicatesse avec votre genou. Dites-nous comment Péguero Jean-Philippe a-t-il accueilli sa convocation en sélection ?

Péguero Jean-Philippe : Vous savez, quand on parle de la sélection nationale haïtienne, on parle de Péguero Jean-Philippe dans la mesure où c’est la sélection du pays qui m’a vu naître. Je suis toujours prêt à donner le meilleur de moi-même  pour cette sélection et, quand je suis sur la pelouse, je fais ce que je peux. Je me donne à fond. Le match se joue pendant qu’on est sur la pelouse, pas après, donc, je me dis toujours que je dois me donner au maximum pour ne pas éprouver des regrets ensuite et me dire que cette rencontre perdue, j’aurais pu la gagner si je m’étais donné un petit peu plus. Ce que je donne sur un terrain de football, c’est ce que je peux donner. Maintenant je suis si content de nous voir passer ce premier tour.

Vous savez que le public va nourrir un peu plus d’espoir pour le second tour. Comment vous, principalement, avec votre genou, comptez-vous vous préparer en conséquence ?

Péguero Jean-Philippe : Pour mon genou, il ne m’ennuie pas tellement. Les entraîneurs connaissent mon problème. Ils font un travail particulier avec moi et m’évitent ce que mon genou ne peut supporter. Je prends soin de mon genou avec l’aide de gens compétents en la matière et j’y applique de la glace après chaque séance d’entraînement. Peu à peu je vais me reprendre physiquement afin de m’améliorer au second tour et surtout donner un meilleur rendement lors de la seconde phase.

Qui est Péguero Jean-Philippe ?

Péguero Jean-Philippe : Péguero Jean-Philippe est un footballeur haïtien, né aux Gonaïves et qui a grandi à Port-de-Paix. Il vit actuellement aux Etats-Unis avec sa famille. Il est sur le point de rejoindre le Don Bosco avec lequel il a débuté sa carrière de footballeur avant de rejoindre la MLS à via Colorado Rapids, ensuite New York Red Bulls avant de partir jouer en Europe à Brondby, au Danemark. C’est au Danemark qu’il s’est grièvement blessé au genou en 2006. Après deux ans de théraphie, il est retourné au Danemark en 2008 mais s’est encore fracturé et est donc contraint d’arrêter de jouer à ce niveau.

Péguero sait aussi que le public haïtien souhaitait voir le grand attaquant que fut Péguero Jean-Philippe dans le passé et qu’il n’a pas eu l’opportunité de le voir. Cependant, l’actuel Péguero est en train de travailler pour pouvoir offrir au public haïtien un meilleur visage même après sa blessure qui l’a maintenu un peu éloigné du terrain.

Péguero est-il marié ? A-t-il des enfants ?

Péguero Jean-Philippe : Péguero n’est pas marié, il est père d’un enfant.

Propos recueillis par Enock Néré nereenock@gmail.com

Portrait Une coupe de cheveux lui permettant d’inscrire son initial derrière la tête ainsi que le dossard qu’il a porté durant le premier tour des éliminatoires de la Digicel Cup des Nations caribéennes, Péguero Jean-Philippe déambule torse nu dans les vestiaires du stade tout en boitillant du pied gauche. Son crâne dégarni n’a plus besoin des services d’un coiffeur. Les gouttelettes de sueurs continuent à tomber de son menton sur ses épaules bien travaillées, mais tout à sa joie il oublie et sa blessure et les sueurs, et la douleur. En transformant le penalty qui ouvre le score face à Porto Rico, il inscrit son 5e but en 3 matches du premier tour des éliminatoires dans le Groupe I (son 18e but en 22 apparitions en sélection nationale haïtienne) et aide son pays à se qualifier pour le second tour haut la main, après trois années sans la moindre sélection. Et pour un retraité sur blessure, c’est énorme. Pourtant le natif des Gonaïves sait qu’une bonne partie du public estimait qu’il n’avait pas sa place dans le groupe, mais aujourd’hui, il savoure le plaisir d’avoir pu aider son pays et surtout caresse l’espoir de pouvoir continuer à faire de son mieux pour défendre les couleurs du pays qui l’a vu naître. Péguero Jean-Philippe Nom : Jean-Philippe Prénom : Péguero Date de naissance : 29 septembre 1981 Lieu de naissance : Gonaïves (mais il a grandi à Port-de-Paix) Poste : attaquant Palmarès : Champion national en 2003 avec le Don Bosco de Pétion-Ville.
Credit: Le Nouvelliste

Sorry Porto Rico, bonjour la Grenade

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Enock Néré nereenock@gmail.com
15 000 spectateurs en liesse ont salué le coup de sifflet final de l’arbitre jamaïcain, Kevin Morisson, marquant la fin de la rencontre qui opposait la sélection haïtienne de football à son homologue de Porto Rico en match comptant pour les éliminatoires de la Digicel Cup des Nations. Haïti s’impose 2-1 aux dépens de Porto Rico faisant ainsi aussi bien que l’Espagne pour prendre la tête du groupe 1.

Il fallait une victoire à l’équipe haïtienne pour remporter le groupe. Aussi 10 000 spectateurs, crispés par la crainte d’assister à la défaite des leurs, ont regardé les Grenadiers fouler la pelouse du stade Sylvio Cator derrière leur gardien et leur capitaine Johnny Placide. Conservant son 4-2-3-1, Israël Blake Cantero maintient sa confiance dans la même formation qui a commencé contre les Bermudes avec : Johnny Placide (capt) – Réginald Goreux, Judelain Aveska, Kevin Lafrance, Olrich Saurel – Jean Marc Alexandre, Monuma Constant Jr – Peterson Joseph, Jeff Louis, Jean Eudes Maurice – Péguero Jean-Philippe.

Porto Rico aligne pour sa part une formation composée de : Hector Ramos – Richard Martinez, Marco Velez, Noah Delgado, Alexis Rivera – Christian Arrieta, Joseph Marrero, John Krause, Eric Reyes, Fernando Gonzalez, Anthony Vasquez, Hector Ramos

C’est l’équipe haïtienne qui donne le coup de pied d’envoi de la partie. Mais, dès la première seconde, Porto Rico montre qu’il veut jouer les trouble-fête et obtient la première touche de la partie. Alors, la formation haïtienne, transcendée, joue un ton en dessus. Et ça marche. On joue depuis 2 minutes et Réginald Goreux voit Péguero Jean-Philippe dans la surface de réparation portoricaine. La passe est longue et précise, le contrôle de la poitrine de l’attaquant haïtien parfait, Ramos est pratiquement battu mais l’arbitre assistant signale une position avancée. Les Portoricains s’en sortent bien, mais ont vécu un moment de frisson. Cela promet.

Promesse tenue dans la suite de la partie. Jeff Louis fait un récital. Porto Rico subit la rencontre. Haïti multiplie les actions et les frappes (Jean Eudes Maurice, 16e et 29e), (Monuma Constant Jr, 35e), (Jeff Louis, 24e, 39e et 42e) mais rien n’est cadré. L’unique tir de Porto Rico est le seul cadré à la mi-temps et les deux formations rentrent aux vestiaires avec le score de départ.

Pour entamer la seconde période, l’entraîneur portoricain fait sortir Samuel Soto qu’il remplace par Christian Arrieta, Blake Cantero fait sortir Peterson Joseph et fait entrer Louis Fritznel (un attaquant à la place d’un milieu offensif). On croit alors que le choix tactique va changer le jeu, mais Fritznel est confiné dans le même rôle que Peterson et Haïti reprend sa domination même si Péguero n’a encore rien à se mettre sous la dent.

Le moment de Péguero arrive à la 52e minute. Bien servi par Jeff Louis, il contrôle et tire vers les buts de Ramos, mais son ballon est détourné en corner. Une minute plus tard, Péguero, à l’entrée de la surface, reçoit une balle aérienne. Le contrôle de la poitrine est impeccable et la bicyclette somptueuse mais ça passe de peu à côté, le public déjà debout pour saluer l’ouverture du score pousse un oooooh de dépit avant d’applaudir le geste magnifique de Péguero.

L’entrée de Jean-Jacques à la place de Monuma Constant Jr (55e) apporte un peu de sang frais à la ligne de récupération. Jeff, en électron libre, joue tout simplement dans un autre registre. Et quand à la 63e minute il seme la zizanie dans la défense portoricaine les défenseurs essaient de s’en sortir fautivement en pleine surface de réparation. Penalty que transforme Péguero Jean-Philippe dans un stade en délire. Haïti mène enfin 1-0.

67e minute, Eudes Maurice à la réception d’un coup franc depuis le côté gauche de la défense corse l’addition. Haïti mène 2-0 et Porto Rico est à genoux. Le public est exalté et réclame un 3e but. Mais sur un dégagement de Placide, l’arbitre assistant indique qu’il y avait un pied du portier haïtien hors de la surface et qu’il y a coup franc indirect pour les Portoricains. A la suite de la combinaison, Fernando Gonzalez réduit la marque et la pression reprend. Les ouuuuuuuh !!! et les oooooooooh !!! se suivent jusqu’au coup de sifflet final. Haïti s’impose 2-1 et termine logiquement en tête du groupe I; Porto Rico devra se contenter de la 2e place qualificative.

Grâce à cette victoire, Haïti ira jouer le second tour dans le groupe VI du 20 au 24 octobre en Grenade en compagnie de cette dernière, en affrontant le vainqueur du groupe II et le meilleur 2e des groupe IV et V. Quant à Porto Rico, il jouera dans le groupe VII où il devra en découdre avec la Guadeloupe, la Martinique et le vainqueur du groupe 4, du 23 au 27 octobre en Guadeloupe.

Pour mémoire, les Bermudes se sont imposés 8-0 aux dépens de la formation de Saint-Martin, prenant ainsi la 3e place du groupe I. Son attaquant, Tyrell Burgess, a réussi un quadruplé au passage.

Enock Néré nereenock@gmail.com
Credit: Le Nouvelliste

Haïti qualifiée pour le second tour mais la route sera longue

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars

Enock Néré nereenock@gmail.com

En dominant respectivement Saint-Martin 7-0 vendredi et Bermudes 3-1 dimanche, la sélection nationale haïtienne de football s’est qualifiée pour le second tour des éliminatoires de la Digicel Cup des Nations caribéennes. Il ne lui reste désormais qu’à vaincre la sélection porto ricaine pour s’offrir la première place du groupe I et aller chercher son billet pour Antigua et Barbuda à Saint-Georges en Grenade dans le groupe VI du 20 au 24 octobre 2012.

Un triplé de Péguero Jean-Philippe plus une réalisation de Kevin Lafrance, une autre de Monuma Constant jr et un doublé de Monuma Constant jr et le compte est bon. Haïti s’impose 7-0 aux dépens de Saint-Martin et fait une intéressante entrée dans le groupe I après la victoire difficile 2-1 de Porto Rico aux dépens des Bermudes. Le 4-2-3-1 (Johnny Placide – Réginald Goreux, Jean-Jacques Pierre, Kevin Lafrance, Olrich Saurel – Alain Vubert, Monuma Constant jr – Jean Eudes Maurice, Jeff Louis, Peterson Joseph – Peguero Jean-Philippe) adopté par le sélectionneur Blake Cantero plaît, et Péguero Jean-Philippe rappelle à tous qu’il est un attaquant racé en dépit du fait que sa grave blessure l’ait sérieusement handicapé.

Modification du coach dans la formation de dimanche pour affronter Bermudes. Si Johnny Placide garde encore les buts, Aveska remplace Jean-Jacques en défense centrale, Jean Marc Alexandre remplace Alain Vubert à la récupération, mais le 4-2-3-1 persiste (Johnny Placide – Réginald Goreux, Judelain Aveska, Kevin Lafrance, Olrich Saurel – Peterson Joseph, Monuma Constant jr – Jean Eudes Maurice, Jeff Louis, Jean Marc Alexandre – Péguero Jean-Philippe). A l’arrivée, un penalty de Olrich Saurel plus une réalisation de Jean Eudes Maurice plus le 4e but de la compétition de Péguero Jean-Philippe permet à Haïti de mener 3-0 à la mi-temps et de s’imposer, enfin, 3-1 face aux Bermudes pour s’offrir un des deux billets qualificatifs du groupe. Le premier objectif est atteint. On peut espérer.

Que reste-t-il à faire ?

Les 9 buts inscrits par Porto Rico contre Saint-Martin lui offre non seulement un billet qualificatif pour le second tour mais aussi, provisoirement, la première place du groupe I. Donc il faut battre Porto Rico pour remporter le groupe. Les Porto ricains sont leaders provisoirement si et seulement si, Haïti parvient mardi à avoir l’avantage sur la plus petite ile des Grandes Antilles caribéennes. Sinon ils seront les vainqueur du Groupe I, ce qui pourrait compliquer la suite des éliminatoires.

Qu’arriverait-il si Haïti perdait ou concèderait le nul ?

Si les coéquipiers de Péguero Jean-Philippe parviennent à s’imposer, mardi,ils rappelleront aux Portoricains ce que Haïti représente dans la Caraïbe en matière de football. Ils iront ensuite à Grenade disputer l’un des deux billets qualificatifs du groupe VI en compagnie de Grenade, du vainqueur du groupe II qui peut-être Curaçao, Guyana, Sainte-Lucie ou Saint-Vincent et Grenadines, du meilleur 2e des groupes 4 et 5 qui logiquement devrait être soit la Barbade ou la République Dominicaine, soit la Guyane Française ou Trinidad and Tobago.

Mais si Haïti perd ou concède le nul face à Porto Rico, elle se trouvera dans l’obligation de disputer le second tour des éliminatoires dans le groupe VII en Guadeloupe entre le 23 et le 27 octobre 2012. Un groupe VII qui sera assez relevé avec la Guadeloupe, le vainqueur du groupe III (Martinique ou Suriname), le 2e du Groupe I et le vainqueur du groupe IV (Aruba, Barbade ou République Dominicaine). Deux billets qualificatifs pour la phase finale de la Digicel Cup des Nations caribéennes en décembre seront en jeu dans ce groupe.

Quand l’arbitre sifflera la fin de la partie qui mettra en face Haïti et Porto Rico, mardi soir, au stade Stade Sylvio Cator, le public saura à quoi s’attendre. A noter que la phase finale de la Digicel Cup des Nations opposera 8 nations réparties en deux groupes, du 3 au 15 décembre 2012, à Antigua et Barbuda.

Enock Néré nereenock@gmail.com

Le groupe d’Haïti enfin complet

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars

Avec l’Arrivée de Jean Eudes Maurice ce mercredi, le groupe de joueurs retenus par le sélectionneur cubain pour disputer le premier tour des éliminatoires de la Digicel Cup des Nations de la Caraïbe est enfin complet. James Marcelin, Jean Sony Alcénat, Charles Hérold Junior, Gassendy Sauveur et surtout Belfort Kervens Fils seront les principaux absents de cette équipe haïtienne.

3 gardiens, 6 défenseurs, 7 milieux de terrain et 4 attaquants composent le groupe retenu par Israël Blake Cantero pour disputer les éliminatoires de la Digicel Cup des Nations de la Caraïbe à Port-au-Prince contre Saint-Marteen, Bermudes et Porto-Rico dans le Groupe I, du 7 au 11 septembre.

Johnny Placide, Guerry Romond(Tempête de Saint-Marc) et Frandzy Montrévil (Valencia) sont les trois portiers retenus. Yves Mary Clervain, après avoir été de toutes les sélections sans pourtant avoir été titularisé, n’a été retenu.

Au sein d’une défense qui sera privée des services de Frantz Bertin et de Kim Jaggy, Olrich Saurel fait son retour et disputera les éliminatoires aux côtés de l’expérimenté Pierre Jean-Jacques mais aussi de Kevin Lafrance, de Réginald Goreux, de Judelain Aveska, d’Olrich Saurel et du jeune défenseur central de l’América des Cayes, Jean Garry Rubin. De quoi promettre une certaine stabilité devant les buts que devrait logiquement garder Johnny Placide

Peterson Joseph, Jeff Louis, Alain Vubert, Peter Germain, Geraldy Joseph, Monuma Constant Jr et Jean Marc Alexandre composent un milieu de terrain dense. Unique représentant de la seconde division du championnat national haïtien de football, Monuma Constant Jr, pourrait pourtant être titularisé. La forme actuelle de Geraldy Joseph est intéressante, mais que dire de Jeff Louis qui est d’ailleurs le seul représentant de la Ligue 1 française dans le groupe. De quoi former une équipe équilibrée en dépit de l’absence des Jean-Sony Alcénat, James Marcelin, Gassendy Sauveur, Charles Hérold Jr et Wilde Donald Guerrier.

En attaque, Jean-Eudes Maurice, Louis Fritznel,  James Jean-François  et surtout le revenant Peguerro Jean-Philippe composeront une ligne offensive obligée de se passer des services de Belfort Kervens Fils, Walson Augustin serait blessé d’après ce qui est raconté sur son profil BBM. James Pierre et Wedson Anselme, qui sont les meilleurs buteurs actuels du championnat national, sont en méforme. D’où la nécessité de ressusciter l’ancien joueur de Colorado Rapid.

Le choix tactique de Blake Cantero n’est pas encore clairement défini. De toute façon, lorsque l’arbitre central sifflera le coup d’envoi du match Haïti – Saint-Marteen vendredi, il aura eu le temps de sortir cette carte de sa manche pour surprendre son monde.

La liste au complet

Gardiens :

Johnny Placide   ( Le Havre)

Romondt Guerry (Tempête de Saint-Marc)

Frandzy Montrévil (Valencia de Léogâne)

Défenseurs :

Jean Jacques Pierre  (Stade Malherbe de Caen en France)

Jean Garry Ruben (America des Cayes)

Kevin Lafrance (Priiibram en République Tchèque)

Réginald Goreux (Standard de Liège en Belgique)

Judelain Aveska (Independiente Rivadavia en Argentine)

Olrich Saurel  (Victory Sportif Club)

Milieux :

Peterson Joseph (Sporting Kansas aux Etats-Unis)

Jeff Louis (AS Nancy Lorraine en France)

Alain Vubert (Baltimore de Saint-Marc)

Peter Germain (Baltimore de Saint-Marc)

Geraldy Joseph (Valencia de Léogâne)

Monuma Constant Jr (Racing Club Haïtien)

Jean Marc Alexandre (Orlando City)

Attaquants :

Jean Eudes Maurice (Le Mans)

Louis Fritznel (Baltimore de Saint-Marc)

Peguerro Jean-Philippe (Sans Club après un dernier passage à Striker de Fort Lauderdale)

James Jean-François (Le Mans)

Sélectionneur : Israël Blake Cantero

Assistant : Pierre Roland Saint-Jean

Préparateur physique : Gregorio Modesto Broche Gomez

Médecin : Jean-Mary Fritz Henry

Enock Néré nereenock@gmail.com
5 groupes de 4 sélections disputant les éliminatoires de la Digicel Cup des Nations. Des groupes I à 3 sortiront deux qualifiés. Seulement le 1er de chacun des groupes IV et V se qualifieront pour la suite de la compétition. Le groupe d’Haïti est composé de Bermudes, Haïti, Porto-Rico et Saint-Martin, le groupe II est composée de Curaçao, Guyane, Sainte-Lucie et Saint-vincent. Dans le groupe III figurent : Les Iles Vierges Britanniques, Martinique, Montsérrat et Suriname. Le groupe IV est composé d’Aruba, de la Barbade, de la Dominique et de la République Dominicaine et enfin le groupe V est composé de Anguilla, Guyane Française, Saint-Kitts et Nevis et Trinidad and Tobago.
Credit: Le Nouvelliste

Valencia, le plus sérieux concurrent

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars

Enock Néré

Vainqueur de la première série du championnat avec 41 points après 22 journées, le Valencia de Léogâne est la formation à suivre en tant que plus sérieux concurrent pour le titre de champion de première division à l’issue de la saison 2012. Retour sur un parcours époustouflant.

26 buts inscrits en 22 matches disputés contre seulement 10 encaissés. 11victoires sur 22 rencontres disputées contre 8 nuls et seulement 3 revers.Les statistiques du Valencia constituent un record dans l’histoire du club. Fondée le 27 juin 1972 à Léogâne, cette équipe qui joue en vert et blanc est la dernière formation qu’on attendait à ce stade de la compétition. Ayant habitué ses fans à de fréquentes apparitions en D1 suivi de relégations en D2, personne ne l’attendait à ce niveau, une saison seulement après son retour parmi l’élite. Mais avec un mélange de joueurs expérimentés et de jeunes joueurs, le Valencia s’est construit une formation solide capable d’une régularité étonnante. 11 victoires sur 22 rencontres disputées contre 8 nuls et seulement 3 revers avec 26 buts inscrits en 22 matches. C’est tout simplement phénoménal, en comparaison avec lesrésultats des autres équipes.
Dans une défense pratiquement stable (Jean- Robert Jean 21 matches*, Jean-Dany Maurice 21 matches, Mackendy Duverger 20 matches, Mardochée Samuel Pompée(13) ou Emmanuel Joseph 7 matches), un portier régulier Frantzy Montrévil 19matches), la complicité règne en maître et donne lieu a une complémentarité detous les instants qui permet de sortir des situations les plus difficiles. D’ailleurs Jean- Robert Jean et Jean-Dany Maurice n’ont pas raté une minute de tous les matches du Valencia depuis le début de la compétition cette saison
A la récupération (le Valencia joue avec deux par match), Harold Sanon (20matches) et Fritz Gérald Alliance (17 fois titulaires) sont inamovibles toutcomme l’ancien pensionnaire de la sélection nationale U17 de 2007 en Corée duSud, Géraldy Joseph (20) présences et Roody Joseph 17 fois titulaires et unefois remplaçant font preuve d’une grande constance au milieu du terrain.
En attaque, Amy André (16 présences) et Walson Augustin (19 présences) ne sont pas des figurants. Sony Labranche, Emerson Michel, Emmanuel Joseph, Théodore Richecarde qui sont des remplaçants de luxe ont toujours joué convenablement leur rôle quand ils font leur entrée sur la pelouse.
Avec 8 buts, Walson Augustin est le meilleur buteur du Valencia. Les autres buteurs du Valencia sont : Samuel Pompée Mardochée, Jean-Robert Jean, RoodyJoseph (2 buts), Emerson Michel, Mackendy Duverger, Jean- Dany Maurice (1 but),Amy André et Géraldy Joseph (3 buts).  
Que ce soit en 4-4-2 classique ou en 4-2-3-1, le Valencia s’en sort toujours bien parce qu’il fait partie des rares formations à former une équipe.
En 4-2-3-1
Frantzy Monrévil
Jean Dany Maurice  Jean-Robert Jean     Makendy Duverger      Mardochée S. Pompée ou E. Joseph
Fritz Gérald Alliance             Harold Sanon Capt
Walson Augustin ou Sony Labranche              Géraldy Joseph         Roody Joseph ou Emerson Michel
Amy André ou Robenson Jean-Louis
En 4-4-2
Frantzy Monrévil
Jean-Dany Maurice  Jean-Robert Jean     Makendy Duverger      Mardochée S. Pompée ou E. Joseph
Fritz Gérald Alliance             Harold Sanon Capt
Géraldy Joseph                                                                                          Roody Joseph ou Emerson Michel
Walson Augustin ou Sony Labranche      AmyAndré ou Robenson Jean-Louis
 Valencia de Léogâne reste donc la formation à suivre pendant les play-offs.
Enock Néré

Notez bien : 21 matches parce que le match aller mettant aux prises le Valencia au Violette et comptant pour la 8e journée n’est pas arrivé à son terme. S’il faut se référer à la feuille du match qui avait commencé ces joueurs auraient disputés 22 rencontres sur 22.

Enock Néré
Credit: le Nouvelliste

Un ministère très critiqué

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
 Emmanuel Bellevue/manubellevue@yahoo.fr
Les critiques de la part des dirigeants de fédérations et associations de disciplines sportives pratiquées en Haïti vont à l’adresse de l’Instance de tutelle qu’est le ministère des Sports en ce qui a trait à son refus de leur venir en aide.

Minis sila a ede sèlman foutbol, zafè lot federasyon pa pwoblèm li “, s’est exprimé un dirigeant de fédération de discipline sportive faisant référence bien sûr à la rencontre de décembre 2011, tenue au nouveau local du ministère de la Jeunesse , des Sports et Action civique et dont le suivi n’a jamais été fait.

Certains vont même plus loin jusqu’à exiger le départ de Jean-René Roosevelt, qui persiste dans son refus de procéder à la répartition de l’aide pour les fédérations et associations.

C’est toujours un casse-tête pour le dirigeant de parvenir à trouver l’argent visant à financer le budget d’activités pour la période d’exercice.

Même le football, considéré comme étant le sport national et subventionné par le ministère, fait face en certaines occasions à des difficultés afin de trouver les fonds nécessaires surtout avant la participation à des compétitions ou tournois internationaux.

Vous seriez surpris d’apprendre un emprunt consenti par un président de fédération auprès de sa famille afin de payer les frais de voyage et d’hébergement de la délégation en terre étrangère avec bien sûr promesse faite par le ministère de le rembourser.

Et quelle est la consternation chez ce même dirigeant à son retour du voyage de constater que le ministère n’a pas tenu ses promesses .

Et dire que presque la totalité des athlètes en la circonstance ont obtenu des médailles et fait hisser le drapeau hattien sur le podium.

N’était souvent la bienveillance du secteur privé à toujours répondre en partie et l’appui des fédérations internationales concernées, nos fédérations et associations n’existeraient que de nom.

A la question : quelle partition joue vraiment l’instance de tutelle dans ce brûlant dossier de l’aide répartie aux fédérations et associations sportives.

Quid de cette commission jeunesse et sport du Parlement appelée à travailler sur le projet de loi de législation sportive élaboré depuis belle lurette par le Comité Olympique Haïtien (COH) en accord avec ces dernières.

C’est tout à fait normal que cette jeunesse, faute de distractions saines, se livre toujours dans certaines activités malsaines (ZOKIKI) mêlant sexe, drogue, alcool, prostitution et banditisme.

Combien de jeunes filles et de garçons qui dans le temps pratiquaient une discipline de leur choix prennent part maintenant à des activités malsaines faute d’encadrement de la part de l’’Etat.

« Spô lakay nou pa prale okenn kote si Jean-René Roosevelt toujou nan job minis la, li la pou li defan yon sitiasyon pa pou li travay nan zafè spô », déclarent ironiquement certains dirigeants rencontrés en la circonstance.

La faible participation d’Haïti aux derniers Jeux olympiques engendre beaucoup de frustrations au sein de la grande famille sportive haïtienne, qui n’a pas hésité à pointer du doigt le ministère des Sports qui n’a pas su débloquer à temps les fonds nécessaires afin de permettre aux athlètes de participer aux épreuves de qualification pour les Jeux.

Le sport avant toute chose est une affaire de l’Etat.

Credit: Le Nouvelliste

Malgré vents et marées, Tempête veut conserver le titre

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars

En panne de vitesse dans la compétition reine du pays, le Tempête FC (5e au classement), ravagé par une crise interne suite au comportement malveillant de certains joueurs, reste sans entraîneur suite au limogeage de John Sévère. Bien que démissionnaire, le président du TFC annonce des nouvelles mesures en vue de s’adjuger le trophée récompensant le vainqueur de la plus prestigieuse compétition au niveau des clubs en Haïti.
L’entraineur capois, John Sévère, a été démis de ses fonctions à la tête du Tempête FC de Saint-Marc, et ce depuis dimanche au terme du match nul et vierge concédé par l’équipe « belle colonne » face au Cavaly AS (0-0) à l’occasion de la 22e journée du championnat national de D1.
Mécontents de la prestation du Tempête FC depuis la prise de fonction de John Sévère en lieu et place de Wilnot Saint-Juste, les fans de l’équipe cinq étoiles ont manifesté à la fin du match mettant aux prises leur équipe face au Cavaly AS (0-0) et ont forcé les dirigeants de limoger l’entraîneur capois.
Suite à cet incident, le valeureux président du TFC a rencontré la presse locale au parc Levelt pour faire le point sur certains dossiers brulants. « Je suis démissionnaire jusqu’au mois de décembre, date à laquelle aura lieu l’assemblée générale du club », a fait savoir l’Ing Jean Alix Nézivar.
S’exprimant sur la dernière phase du championnat national de D1, il pense que son équipe aura un rôle important à jouer. « Pour la phase ultime du championnat national de D1, on fera appel à un groupe capable d’aider le TFC de remporter la compétition et s’il le faut, on va engager des joueurs pouvant nous permettre à atteindre notre objectif », a-t-il dit.
Pour ce qui est du remplaçant de John Sévère, il a fait savoir : « Le nom du nouvel entraîneur du TFC vous sera communiqué bientôt». La coupure du salaire des joueurs « est une affaire d’ordre administratif liée à l’indiscipline de certains d’entre eux. Ils se sont rendus aux USA pour rien et sans mettre personne au courant. Tout rentrera dans l’ordre sous peu », a-t-il conclu, et ce pour la plus grande joie des dizaines de milliers de fans de l’équipe « belle colonne ».
Signalons que le Tempête FC avait terminé la saison régulière à la cinquième place avec la bagatelle de 31 points, soit dix unités de retard par rapport au leader, le Valencia (41) débutera le 2 septembre au parc Levelt face à l’América (2e au classement) le tournoi donnant accès au titre suprême du championnat national de D1.

Légupeterson Alexandre /petoo76@aim.com
Credit: Le Nouvelliste

Sur le podium de la déraison

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars

 L’Ecole sportive est une Institution où l’on cultive les bonnes manières et le dépassement de soi. Exploitons cette source pour le redressement du Sport national’’.  Lancé sur les ondes en 1988, ce spot de motivation n’a pas récolté le résultat escompté ; parce que, de cette date à nos jours, le torrentiel courant antisportif a emporté les bonnes manières, tout en réduisant considérablement le champ d’action des serviteurs du Sport.
Sur la’’ tribune de la déraison’’ se distinguent particulièrement des ‘’ flatteurs de grand chemin ‘’ qui alimentent la confusion dans les couloirs sombres, pour masquer les responsables irresponsables qui ne connaissent pas le prix de l’honneur et de la dignité. Dans ce contexte, le dépassement de soi se transforme en un canal incapable d’arroser même 1/10 du territoire sportif national. Et notre sol, à ce niveau, ne cesse d’accuser les effets de la sécheresse qui affecte les relations humaines. Sur la galerie de sa dernière demeure, l’immortelle Micheline Soucar, l’une des plus belles voix féminines de l’histoire de la radiodiffusion en  Haïti, regrette peut-être d’avoir exploité son talent dans l’exécution de ce spot de motivation, pour démontrer la grandeur et la noblesse de l’école sportive.
A la fin du 20è siècle chez nous, les Haïtiens ont vécu une décade de ‘’bamboche sportivo-machiavélique ‘’. Au cours de cette orageuse période marquée par de  regrettables scènes   ‘’d’antisportivité débridée’’, on a enregistré une campagne de conscientisation sportive sévèrement sanctionnée dans les réunions obscures et même sur certaines places publiques. Sans tenir compte des appels à la retenue lancés par des compatriotes lucides qui constituent la minorité sur ce territoire, certains acteurs ont même trainé ce drame sportif sur le ‘’ boulevard de la politicaillerie’’. Aujourd’hui encore, un petit groupe de courageux essaie de se faufiler au milieu d’une ‘’ circulation zigzagante’’ où se détachent des dérangeurs, des ‘’brideurs’’, des dérailleurs, des ‘’déviateurs’’, des briseurs de rêves etc. En dépit de tout, les croyants doivent s’accrocher à la foi, puisque c’est dans ces genres d’épreuves qu’on reconnait les vrais combattants. Sur cette scène glissante, les sportifs équilibrés doivent épauler ceux qui ressemblent à des figurants ou des ‘’soldats sans armes déshabillés par la conjoncture ‘’.  
Dans cette période sensible de la vie sportive nationale, la recherche d’une franche concertation s’impose, aujourd’hui plus qu’hier. Sur cette voie marécageuse, ce sont les sportifs psychologiquement très forts qui sont en mesure de secouer les résignés. Surtout lorsque certains profitent de la moindre occasion pour renforcer les couloirs de la déraison, en envoyant la balle sur le terrain de l’absurde et de la démagogie. A ce niveau, il faut être malin et demi pour éviter les pièges tendus ici et là par les ‘’ prophètes de la discorde’’ et leurs disciples. Cette rubrique rappelle que les privilèges sont frivoles depuis que le monde est monde. Un jour ou l’autre, la déraison se retrouvera dans l’obligation de quitter le podium…

Raymond Jean-Louis
Credit: le Nouvelliste

Le Valencia FC rafle le titre de la saison régulière.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars

Le Valencia de Léogane a remporté le titre de la saison régulière, dimanche, en battant à domicile son dauphin l’América des Cayes (3-0) dans le cadre de la dernière journée du championnat national de la première division, America termine en deuxième position avec 37 points.

A cette 22e journée, le Valencia FC a terminé la saison régulière en tête de a compétition locale avec 41 points au compteur et va entamer le 2 septembre prochain le début des play-offs pour le titre honorifique de cette longue saison 2012.

À cette ultime journée, le Victory et le Baltimore ont partagé un nul (0-0). L’Aigle Noir AC a disputé un match nul face au Violette (0-0) au stade Sylvio Cator tandis qu’au parc Levelt, le Tempête et le Cavaly se sont neutralisés (0-0).

D’un autre côté, l’AS Capoise a eu raison de l’AS Mirebalais qui termine à la dernière place du classement (1-0) au parc Saint-Victor et le Don Bosco de Pétion-Ville a battu le FICA du Cap-Haitien par deux buts à zéro.

Le Valencia FC, l’América FC, le FICA du Cap-Haitien, le Baltimore, le Tempête et l’Aigle Noir sont les six équipes qui vont disputer le super 6 pour le gain définitif du titre de champion de la saison 2012.

Le Victory SC, le Cavaly SC, l’AS Mirebalais, le Violette AC, le Don Bosco et l’ASC eux-mêmes, vont s’affronter pour ravir les deux places du tournoi de fin d’année baptisé : « Super huit » et éviter les deux dernières places relégables en deuxième division.

La saison régulière du championnat national de première division qui se compose de 12 équipes, a pris fin, dimanche mais la saison va continuer avec  le super 6 qui débutera le 2 septembre prochain, pour déterminer le véritable champion de cette longue compétition de l’année 2012.

Le classement après la 22e journée

1. – Valencia FC 41 pts ; 2. – América FC 37 pts ; 3. – Fica: 35 pts ; 4. – Baltimore SC: 32 pts ; 5.-Tempête FC: 31 points ; 6.-Aigle noir: 31 pts ; 7.-Cavaly AS 28 pts ; 8. – Violette AC 25 pts ; 9.- Victory 25pts ; 10-Don Bosco 22 pts ; 11-ASC 21 pts ; 12.- ASM 21 points

Esther Versière

 

 

Et maintenant les choses sérieuses

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars

Valencia, America, FICA, Baltimore, Tempête et Aigle Noir…les jeux sont faits. Les concurrents pour le titre sont désormais connus. Le Cavaly a raté sa chance de se hisser parmi les 6 premiers à l’issue de la 22e et dernière journée de la première phase. Dès vendredi, le Baltimore déjà assuré de jouer le titre, est allé prendre un point sur la pelouse du Victory 0-0 pour conforter sa position. La surprise est venue du stade Sylvio Cator samedi lorsque le Don Bosco prend le dessus 2-0 sur le FICA et ravit la 10e place du classement à l’ASM dans un stade dépassé. Le FICA enregistre ainsi son 7e revers de la saison tout en conservant sa 3e place du classement.
Le dimanche de toutes les émotions
Dimanche, entre l’Aigle Noir, le Tempête et le Cavaly qui jouait leur survie dans la concurrence pour le titre, l’orgueil du Violette qui souhaitait sa revanche du match aller (1-3), l’America venant disputer la première place au Valencia à Léogane et le duel qui opposait les deux derniers au Cap-Haïtien, ce fut un dimanche de toutes les émotions.
Le choc a tourné court

Au parc Hendrich de Four-à-Chaux, les Cayens de James Morisset ont vu vert dans un antre tout acquis à la cause du Valencia. Walson Augustin ouvre le score sur penalty inscrivant au passage son 7e but de la saison. Il est imité quelques minutes plus tard par Geraldy Joseph qui marque son 4e but de la saison et rapidement l’América se trouve mené 0-2. Quand Walson inscrit le 3e but du Valencia pour rentrer dans l’histoire comme unique joueur a réaliser 4 doublés en une seule saison depuis une dizaine d’années, les jeux étaient faits depuis longtemps. Le Valencia s’impose 3-0 et remporte la première phase de la compétition avec 4 points d’avance sur sa victime du jour.

Violette a joué l’un des plus beaux matches de la saison

Désireux de prendre sa revanche sur l’Aigle Noir qui l’avait battu 1-3 au match aller, le Violette a livré son meilleur match de la saison au stade Sylvio Cator. Pour commencer, Kesnel Thomas fait confiance à Henry Philogène Jr– Jeff Narcisse, Alfred Lamour, Nicolas Junior, Junior Eve – Karl-
Edwin Vallon, Augusma Wilberne – Demas Fernander, Alexandre Bourcicaut, Luxène Elistin – Bertrand Séide (C) pour contrer la formation composée de Jean Jonas Désiré – Delca Jean Judain, Jean Paulin(C), Diego Andréus, Wilson Tilme – Wilder Durosier, Luckner Junior Horat, Johnny Joseph, Shelove Compère – Wedson Anselme, Johnley Chéry que lui oppose l’entraîneur Gérald Beauvais. Jacques Allan ayant la responsabilité de diriger les débats, le coup d’envoi est donné à 18h 10. Le Violette se montre dangereux d’entrée de jeu et aurait pu bénéficier d’un penalty (5e) que Mr. Allan Jacques n’accorde pas. L’Aigle Noir s’en est bien tiré. Ne voulant pas se laisser compter, l’Aigle Noir réagit et du coup, c’est un match plein entre deux formations qui s’épient, font le jeu, cherchent la faille chez l’adversaire avec application et créent des actions dangereuses du début à la fin de la partie. Si le Violette s’en est créé un peu plus, le score de départ est resté le même jusqu’au coup de sifflet final avec un ballon qui s’écrase sur le poteau en faveur de chaque équipe, une belle prestation de deux formations qui ont fait le spectacle et surtout un bon arbitrage de Mr Allan Jacques.

Au parc Levelt, le Tempête s’est contenté de l’essentiel 0-0 pour composter son billet pour le super 6 et renvoyer le Cavaly à ses cahiers pour les 6 qui joueront la relégation.

C’est au Cap-Haïtien que s’est créée la surprise de la journée. Après 9 journées sans succès, l’AS Capoise a mis fin à cette longue disette en s’imposant 1-0 aux dépens de l’AS Mirebalais dans le match des mal classés. Du coup, l’AS Capoise abandonne la dernière place aux Mirebalaisiens qui devront batailler ferme lors de la 2e phase pour conserver leur place parmi l’élite.

Enock Néré
Credit: le Nouvelliste